dimanche 3 mai 2020

Comment se mettre au minimalisme en 5 étapes



Il y a désormais 7 ans, j'en ai eu ma claque. J'en avais marre de ma chambre où tous les bibelots s'amoncelaient, des vêtements qui dégueulaient de ma penderie alors que je disais toujours que je n'avais rien à me mettre. J'avais sans cesse l'impression de courir après le temps, de vivre dans un bordel monstre où le chaos avait gagné, tandis que l'organisation n'était définitivement pas ma tasse de thé. Et puis j'ai découvert le minimalisme alors que je tapais avec désespoir une multitude de mots clés sur Google afin de me filer la recette magique pour une vie simplifiée où mon esprit serait enfin tranquille. Devenir minimaliste est le meilleur choix que j'ai pu faire dans ma vie mais il faut le dire, cela n'a pas toujours été facile, bien au contraire. J'ai fait des erreurs, j'ai parfois eu l'impression que tout ceci était vain et sans intérêt et surtout, j'ai mis du temps à comprendre ce que j'attendais moi-même du minimalisme. J'ai donc décidé de réunir dans cet article mes expériences pour adopter un style de vie minimaliste pas à pas.




1) Evite de te disperser 


Lorsqu'on découvre le minimalisme, on n'a qu'une envie : tout ingurgiter et tout appliquer en un tour de main ! La perspective de cette nouvelle vie qui nous tend les bras est si séduisante qu'on veut y plonger tête baissée. D'expérience, je trouve cette technique contre-productive. C'est un coup à ne plus s'y retrouver, à bâcler et à ne plus savoir où donner de la tête... la recette idéale pour abandonner !
Ce que je te conseille, c'est plutôt de t'intéresser au minimalisme via le sujet par lequel tu y es entrée. Par exemple, j'ai découvert le minimalisme en m'intéressant à la mode (aux questions autour du style, des vêtements, de l'habillage...). Cela reste mon point "névralgique" on va dire et sûrement la facette qui me passionne le plus. Mais surtout, c'est ce sujet sur lequel j'ai passé tout mon temps au début parce que c'était le plus simple pour moi.
Au fil du temps, je me suis intéressée à d'autres éléments. Désencombrer mon intérieur, éviter d'entasser des bibelots qui prennent la poussière (et ne m'apportent aucune joie), ce genre de choses... Actuellement, je jongle entre deux sujets : mieux "optimiser" mon temps (dans le sens, savoir m'organiser, éviter de passer du temps sur des tâches sans utiliser, zoner trop longtemps sur les réseaux sociaux -clairement mon gros point faible haha) et me mettre au zéro déchet.
Prendre le temps de me pencher sur chaque sujet et m'informer m'aide à m'y consacrer pleinement, à découvrir les méthodes qui me conviennent et ainsi à ne pas sauter d'un sujet à l'autre en manquant de me vautrer parce que je cours partout. Un élément important du minimalisme réside dans le "slow". Autrement : prendre le temps. Et ce n'est pas pour rien !

2) Chaque marche après l'autre


En lien avec le premier point, il y a l'idée d'y aller pas à pas. Je le répète encore et encore mais le minimalisme n'est pas une course. Je vous déconseille fortement de tout virer chez vous du jour au lendemain sans réfléchir... C'est un coup à avoir des regrets. C'est quelque chose à laquelle j'ai toujours fait attention mais je préfère prévenir ! La perspective d'un nouveau départ est toujours exaltante mais on oublie parfois le "pouvoir" des objets. Ce que j'entends par là c'est que les objets ont plus d'importance qu'on ne veut l'admettre, même quand on parle de minimalisme. Il y a 3/4 ans, j'avais atteint un minimalisme plutôt... "drastique". Mais j'en suis revenue (haha, on dirait que je parle d'une secte) car j'ai compris que cela ne me convenait pas. Je n'arrive pas à me détacher totalement des émotions que peuvent me faire ressentir certains objets auxquels je tiens énormément. Et ces émotions sont positives, elles me procurent énormément de joie ! Alors pourquoi les laisser de côté ? Au contraire !

3) Nourris-toi des expériences des autres mais reste toi-même


Comme expliqué précédemment, le minimalisme reste un style de vie très personnel. Il ne s'applique pas à tout le monde de la même manière et encore moins pour les mêmes raisons. Tu peux t'inspirer d'autres expériences que tu vois passer en ligne mais n'oublie pas que ce qui marche sur quelqu'un, ne fonctionne pas toujours pour toi. Cette règle marche aussi si tu la retournes : ce n'est pas parce que tu as une certaine manière d'appliquer le minimalisme dans ton quotidien que tout le monde obéit aux mêmes logiques. Si je prends mon exemple, j'ai réussi à vivre avec un nombre assez restreint de vêtements pendant plusieurs années. Depuis quelques temps, je recommence à en acheter plus (beaucoup de seconde main, certes) parce que ma passion pour les habits fait que j'ai envie de m'amuser un peu, de varier... Bref, j'essaie de garder la dimension éthique du minimalisme, de rester raisonnable (je sais pertinemment que ce que je considère comme "beaucoup" n'est pas du tout pareil que pas mal de monde) mais j'accepte aussi d'évoluer, de changer d'avis... et d'envie !

4) N'oublie pas que rien n'est parfait


C'est super de vouloir atteindre un certain idéal mais tu ne peux pas t'attendre à ce que cela arrive facilement et rapidement... surtout sur un tel sujet ! La perfection n'existe pas, et encore moins quand il s'agit de minimalisme. Il faut savoir sortir des idées préconçues et un peu idéales qu'on peut voir en ligne. La vie ne ressemble ni à un compte Instagram et encore moins à un compte Pinterest (hélas, haha...). Garde en tête que ce contenu est là pour t'inspirer et te motiver, mais essayer de le calquer à tout prix est plus néfaste qu'autre chose.

5) Dans le minimalisme, il n'y a aucune finalité


Ce dernier point est peut-être lancé un peu abruptement mais je le pense essentiel. Le minimalisme se fait souvent récupérer à des fins de développement personnel. Bon, j'ai un avis très tranché sur ce sujet (que je n'ai pas développé sur ce blog mais j'en ai parlé dans cet article) et je pense qu'il est important de remettre les points sur les -i. 
Simplifier sa vie, se questionner sur sa consommation et son rapport à l'accumulation de biens est nécessaire, surtout à notre époque. Mettre en pratique ces observations pour tendre à une vie meilleure, plus éthique, raisonnée et en phase avec nos valeurs sont des objectifs louables. Cependant, voir dans le minimalisme une recette miracle pour avoir une nouvelle vie, plus heureuse et parfaite est un leurre. Le bonheur est une notion plus complexe et vous vous rendrez rapidement compte qu'il n'y a pas de but à atteindre quand on parle de minimalisme. C'est une remise en question permanente de soi mais aussi de ses biens, de sa consommation et de ses habitudes. On teste, on change, on réajuste, on tire des leçons. Il n'y a pas un jour précis où on se dit "ça y est, j'ai tout passé en revue, je suis devenue une experte dans ce domaine, je peux maintenant vivre en paix avec moi-même et je n'ai plus rien à apprendre". Mais vous savez quoi ? C'est ça qui est fantastique !

Et toi, quelles leçons tires-tu de ton minimalisme ?


Publier un commentaire

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me laisser un commentaire !

Instagram